Vie des collections

Scandale à Angoulême

12067Chaque année, durant le dernier week-end de janvier, Angoulême devient le temple de la BD : 4 jours de rencontres, dédicaces, conférences, spectacles, plus de 500 auteurs présents, et distribution de prix. Ah ! Nous y voici… Le Grand Prix du Festival de BD d’Angoulême. Il s’agit d’un prix récompensant la carrière et la contribution d’un(e) auteur(e) à l’évolution de la bande dessinée. Des auteurs comme Franquin, Fred, Will Eisner, Bilal ou plus récemment, Katsuhiro Otomo, Willem, Baru, Blutch, Zep et Florence Cestac en 2000 ont été récompensés. Oui, Florence Cestac, est la seule femme à avoir reçu la distinction suprême. Depuis, c’est le désert féminin : aucune femme récompensée et peu d’entre elles dans les sélections, voire aucune pour la sélection 2016. Le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme qui réunit une centaine d’auteures dont Catherine Meurisse, Florence Cestac,  Nine Antico, Marjane Satrapi, Pénélope Bagieu et beaucoup d’autres encore,  s’insurge et appelle au boycott. Un tiers des auteurs nominés se désiste. La direction du festival retire sa sélection et propose un vote libre.

Toute cette polémique ravive mon envie de vous faire partager quelques titres de BD qui m’ont fait vibrer, pleurer, sourire, m’indigner… Bref, qui m’ont ont émue. Je vous propose une petite sélection de portraits de femmes fictives ou réelles, par des auteures, qui comme ce « e » l’indique sont des femmes. Histoires imaginaires, autobiographiques, rencontres fortes entre une féministe et une auteure de BD, voici quelques titres que vous pourrez trouver au 2ème étage de la médiathèque.

Couv-LacherPrise-web Lâcher prise, Miriam Katin, Paris : Futuropolis, 2014 (Cote : BD KAT)

Miriam Katin, auteure de BD, juive d’origine hongroise, vit à New-York avec son mari musicien. Son fils lui annonce qu’il veut s’installer à Berlin avec sa fiancée et qu’il aurait besoin de prouver ses origines hongroises pour obtenir le statut d’européen. Le passé de l’auteure, qui a fuit le régime nazi durant son enfance, ressurgit subitement et la bouleverse. Comment imaginer et accepter que son fils puisse vivre en Allemagne, pays qu’elle associe toujours aux nazis ? Un voyage à Berlin lui permettra de combattre ses démons et d’évoluer vers l’acceptation de cette situation. A travers ce récit à la fois léger et profond, teinté d’humour et d’autodérision, Miriam Katin dévoile une grande humanité. Une réussite !

Couv-SeulesContreTous-webSeules contre tous , Miriam Katin, Paris : Futuropolis, 2014 (Cote : BD KAT)

Miriam Katin raconte dans ce deuxième volume la fuite avec sa mère de la Hongrie en 1944, alors qu’elle est encore une petite fille. Un récit poignant, des illustrations en noir et blanc et parfois en couleurs qui permettent de faire des parallèles entre le présent du récit et l’avenir. Un témoignage rare sur cette période un peu floue de la fin de la guerre.

ainsi-soit-benoite-groult-367959-250-400Ainsi soit Benoîte Groult, Catel ; préface de Benoîte Groult. Paris : Grasset, 2013 (Cote : BD CAT)

Dans ce récit, Catel évoque d’un côté la relation d’amitié qui se noue entre elle et Benoîte autour du projet de cette BD, et de l’autre la vie Benoîte Groult, figure féministe des années 70-80. Cet ouvrage permet de découvrir ou de redécouvrir la féministe Benoîte Groult et son combat pour les droits des femmes, dans une atmosphère chaleureuse et sensible créée par la retranscription des entretiens qui ont donné naissance à ce livre. J’ai passé un excellent moment de lecture avec ces 2 femmes.

la jeune fille et le nègre 1La jeune fille et le nègre, Judith Vanistendael, Arles : Actes Sud-L’An 2, 2009 (Cote : BD VAN)

Sophie, étudiante en économie à Bruxelles, tombe amoureuse d’Abou, réfugié politique togolais. Comment une telle relation est elle possible ? Comment vivre les décalages culturels ? Quel regard portent les parents de Sophie sur cette relation ? Une belle histoire d’amour teintée des problématiques toujours d’actualité dans notre société.

California dreamin'California dreamin’, Pénélope Bagieu, Paris : Gallimard, 2015

Un portrait en noir et blanc et haut en couleurs de la chanteuse Mama Cass, des Mamas and papas, groupe de rock des années 60. A travers une galerie de portraits de l’entourage de Mama Cass, Pénélope Bagieu assemble les pièces du puzzle de sa vie, de son enfance à Baltimore au succès du groupe Mamas and Papas. Un portrait affectueux de cette chanteuse à la voix singulière des années 60-70.

Trop_n_est_pas_assezTrop n’est pas assez, Ulli Lust, Bussy-Saint-Georges : Ed. çà et là, 2012 (Cote : BD LUS)

A travers le récit du voyage initiatique de deux adolescentes punks autrichiennes qui partent de Vienne et les mènera en Sicile, Ulli Lust montre bien l’évolution psychologique d’Edi et Ulli. Leur regard au départ plein d’idéal deviendra au fur et à mesure de leur périple et de leurs rencontres, désabusé sur le monde qui les entoure. Une BD qui ne laisse pas indemne.

Coney island babyConey Island baby, Nine Antico, Paris: l’Association, 2010 (Cote : BD ANT)

Dans son 2ème opus, Nine Antico nous emmène à la rencontre de Linda Lovelace, star du film porno « gorge profonde » et de Bettie Page, pin-up des années 50. Il est ici question de libération sexuelle, de dépendance, de rêve de gamines difficile à atteindre, d’une société puritaine, de désillusion. Quelques années plus tard, ces deux égéries de la libération des mœurs renieront fermement ces épisodes de leur jeunesse : Linda Lovelace devient une farouche militante du mouvement anti-pornographie et Bettie Page se tourne vers la religion. Nine Antico dresse ici un portrait subtil de ces deux femmes qui ont marqué des générations d’hommes et de femmes avec en arrière-plan une réflexion sur la condition féminine d’hier et d’aujourd’hui.

Mauvais genreMauvais genre, Chloé Cruchaudet, d’après La garçonne et l’assassin de Fabrice Virgili & Danièle Voldman. – Paris : Delcourt, 2013 (Cote : BD CRU)

Avec un graphisme sobre, sombre et percutant, Chloé Cruchaudet parle d’un couple passionné et notamment d’un homme, Paul, traumatisé par la Première Guerre mondiale. Déserteur, il est obligé de se cacher et finalement se travesti en femme pour pouvoir sortir de chez lui. Toute l’ambigüité du traumatisme et du plaisir, de la folie et de la passion est magnifiquement rendue, sans excès et avec force.

Martha Jane CanaryMartha Jane Cannary : la vie aventureuse de celle que l’on nommait Calamity Jane, récit de Christian Perrissin ; dessin de Matthieu Blanchin. – Paris : Futuropolis, 2012 (Cote : BD Martha jane Cannary)

Parce que les hommes peuvent aussi réaliser de merveilleux portraits de femmes, j’introduis dans cette sélection, la biographie dessinée de celle qu’on a appelé Calamity Jane. Une vie aventureuse et trépidante d’une femme née en 1852 dans le Missouri qui part pour fuir un homme qui la convoite. Grande figure de la conquête de l’Ouest, elle monte à cheval comme un homme et témoigne de sa vie à travers des lettres qu’elle envoie à sa fille, dont se sont inspirés les auteurs. Un régal !

Même si le grand prix d’Angoulême boude les auteurEs de BD, on se doit de souligner le succès auprès du public des BD écrites par des femmes… Succès tel, qu’elles investissent le grand écran et les médias :

  • une exposition Claire Brétécher à la BPI du  Centre Georges Pompidou du 18 novembre 2015 au 8 février 2016
  • tu mourras moins bête de Marion Montaigne adapté en film animé et diffusé sur Arte avec la voix de François Morel en professeur Moustache
  • Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh adapté au cinéma par Abdellatif Kechiche sous le nom de la vie d’Adèle (palme d’or à Cannes en 2013)
  • Persépolis de Marjane Satrapi, plus de 2 millions d’exemplaires vendus dans le monde et adapté en film d’animation (multiples prix dont prix spécial du jury à Cannes en 2007 )
  • Pénélope Bagieu ouvre un blog intitulé « les culottées » sur le monde.fr

Et bien d’autres encore !

PS : NOUVEAU à la médiathèque ! Si vous avez envie de  partager vos coups de cœurs,  n’hésitez pas à demander un signet aux bibliothécaires, à coller sur les documents.

Pour en savoir plus à propos de la polémique sur le Festival :
http://bdegalite.org/
http://www.bdangouleme.com/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_prix_de_la_ville_d%27Angoul%C3%AAme
http://www.montellier.org/spip.php?article338

Site d’auteures et du prix artemisia :
http://www.catel-m.com/
http://www.ullilust.de/
https://associationartemisia.wordpress.com/
http://www.cestac.com/
http://www.audepicault.com/fanfare/fanfare.htm

Article écrit par :

Morgane
 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s