Vie culturelle/Vie du Numérique

Rencontre avec Hyper(O)lds, « le gang des seniors connectés » !

Depuis décembre 2015, nous accueillons à la médiathèque un « gang » d’un genre un peu particulier. Autrement connu sous le nom de « seniors connectés » ou « Hype(r)Olds », cet atelier est organisé par Musiques et Cultures Digitales, dans le cadre de sa « fabrique culturelle et numérique » qui réunit artistes, associations et sociétés investis dans la création sonore et visuelle, les objets connectés, la motion capture, les nouveaux médias, la production artistique numérique…

Mené par l’artiste Cristina Hoffmann, l’atelier réunit Carmen, Marie-Louise, Elisabeth, Gilberte, Monique, Josette et Nicole, qui deux fois par mois partent à la découverte des nouvelles technologies à travers le prisme de l’art et de la création numérique. Chaque séance est un savant mélange de création et de pédagogie. En même temps qu’elles apprennent à se servir d’une tablette, d’une caméra ou d’une imprimante 3D, elles explorent ensemble des notions essentielles de recherche visuelle et de création artistique.

IMG_2814

Avant de se concentrer sur sa pratique artistique, Cristina Hoffman a travaillé pendant dix ans à la création de produits et interfaces numériques permettant l’interaction entre les personnes, et avec des machines. En questionnant son ancien métier de designer et sa formation d’ingénieur, son œuvre explore les liens entre les outils numériques et des formes de création plus classiques comme le dessin ou la peinture. Avec ses 1000 idées à la seconde, elle est un guide parfait pour ces dames curieuses, gentiment espiègles et touche-à-tout.

Au cours des ateliers menés à la médiathèque, elles ont exploré, entre autres, l’art du portrait à travers l’utilisation détournée de certains outils numériques. Cette semaine, Cristina est partie d’une photo de Josette prise lors du premier atelier à la médiathèque. A partir de la photo, elle a dessiné le portrait de Josette, à la main et avec un outil numérique, pour en comparer les versions. Puis elle a choisi de montrer aux dames comment un robot, utilisant la technologie Arduino et répondant au petit nom de « Pi », pouvait reproduire en direct le portrait de Josette, à partir d’un ordinateur. Une fois la technologie en marche, Cristina s’amuse à la faire « déraper ». Elle fait bouger les moteurs, dérègle le tracé du stylo, vaporise de l’eau sur le dessin… Ce qui l’intéresse dans la technologie, les applications, les ordinateurs, c’est de s’en servir autrement, pas tout-à-fait « comme il faut ».

IMG_2819

Gilberte évoque alors l’actualité du jour, à propos d’un homme tétraplégique qui a retrouvé l’usage de ses mains grâce à une puce implantée dans son cerveau. « En fait là, c’est la même chose ! C’est comme un cerveau extérieur ! »

Finalement, faute d’alimentation (« les robots sont comme nous, s’ils n’ont pas assez mangé ou dormi, ils fonctionnent mal »), Pi sera laissé de côté pour le reste de la séance. Les dames munies de leurs tablettes, reviennent à des vidéos pour travailler à la création de portraits par mise en abyme.

Lors de la séance précédente, et en partant d’une combinaison de dispositifs existants, Cristina avait bricolé une caméra qui permet de voir des « fantômes »… Ce système révèle des doubles de couleur à la personne filmée, avec un décalage de quelques secondes. Les dames avaient été ainsi filmées, et vont visionner les vidéos d’elles-mêmes (et par là-même apprendre comment faire avancer, reculer, mettre sur pause, faire défiler les images une à une, faire une capture d’écran…) puis choisir une image qu’elles jugent intéressante, belle, fascinante, ou effrayante…

« S’arrêter sur une image forte qui nous interpelle, et la choisir pour qu’elle existe ailleurs, est un geste de création tout aussi valable que si vous donniez de coups de pinceau pour peindre une toile »

IMG_2849

A travers tout cela, Cristina parle de sa méthode et l’essence même du travail de création artistique, qui consiste à chercher, expérimenter, sans savoir forcément ce qu’on va trouver, mais également à apprendre à se faire confiance et à savoir voir lorsque quelque chose de magique se passe…

Pour découvrir la suite des aventures du gang des seniors connectés, rendez-vous sur le blog des Hype(r)Olds !

Article écrit par :

Soizic

Soizic

Publicités

Une réflexion sur “Rencontre avec Hyper(O)lds, « le gang des seniors connectés » !

  1. Pingback: Poésie Vibratoire : Les Hype(R)Ladies à Sagan | Médiathèque Françoise Sagan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s