Vie culturelle

Bla Bla Thé du 4 décembre

Voici le compte-rendu du dernier Bla Bla Thé de l’année ! Notre rendez-vous mensuel pour partager nos coups de cœur a été animé cette fois-ci par Laure et Amandine.

Rendez-vous samedi 7 janvier à 11h au 4e étage pour le premier Bla Bla Thé de 2017 !

Les coups de cœurs de Laure

ici-ca-va-thomas-vinauIci ça va, Thomas Vinau, paru chez Alma éditeur en 2014 (Cote : VIN)
« Ici ça va ». A qui s’adresse cette rassurante affirmation ? « Ici », ça pourrait être à la campagne, où le narrateur vient de s’installer avec sa compagne et leur enfant. Le retour à la nature est vivifiant, mais en bons citadins leur implantation s’accompagne de quelques maladresses. Ils évoluent en douceur, cependant, dans la chaleur familiale…  La fragilité et la sensibilité du narrateur s’expriment au tournant de chaque page pour le plus grand plaisir du lecteur. Comme les textes qui vont suivre, « Ici ça va » est une suite d’épisodes très courts dont l’écriture limpide, poétique comme un ensemble de notes prises au quotidien font hésiter entre poèmes en prose et journal intime.

Thomas Vinau, né en 1978 à Toulouse vit dans le Lubéron. Des écrivains de proses poétiques comme Pierre Autin-Grenier et Jean-Claude Pirotte sont également à découvrir, ainsi que toute l’œuvre de Thomas Vinau dont les quelques titres que voici :
Nous cheveux blanchiront avec nos yeux, parus chez Alma éditeur en 2011 (Cote : VIN)
Bleu de travail, paru chez la fosse aux ours en 2015 (Cote : VIN)
76 clochards célestes ou presque, paru au Castor astral en 2016 (Cote : VIN)

Les coups de cœur d’Amandine :

Un faux boulot, de Le Cil Vert paru aux éditions Delcourt en 2015 (Cote : BD LEC)
Jean n’a pas un « vrai boulot ». Il aide des personnes handicapées. Enfin… c’est sa mère qui dit que ce n’est pas un vrai boulot… Mais Jean, lui, veut être avec ces vacanciers, ceux qui étaient dit « normaux » et qui, suite à un traumatisme, ont sombré dans l’alcool, dans la folie, dans leur solitude.

.Deux jours à tuer, film de Jean Becker, sorti le 30 avril 2008, avec Albert Dupontel, Marie-Josée Croze, Pierre Vaneck (Cote : DVD Becker)
Antoine Méliot, la quarantaine, a tout pour être heureux : une belle épouse, deux enfants adorables, des amis sur lesquels il peut compter à tout instant, une jolie demeure dans les Yvelines et de l’argent. Mais un jour, il décide de tout saboter en un week-end : son bonheur, sa famille, ses amis. Que s’est-il passé chez cet homme pour qu’il change si étrangement de comportement ?

.

Les coups de cœurs de Violette :

La rose et le musicien, contes tziganes de Heinrich von Wlislocki, paru aux éditions José Corti en 2016
Contes et légendes collectés et rassemblés par l’ethnologue avec une attention particulière portée à la mythologie tzigane regorgeant d’êtres surnaturels et proches de la nature.

renomer-epaule-de-langeLes livres d’Alexandre Romanes, et en particulier, ses poèmes.
Paroles perdues, paru chez Gallimard en 2004 (Cote : Réserve centrale 841 rom ou bibliothèque Marguerite Audoux : poésie ROM)
Sur l’épaule de l’ange, paru aux éditions Gallimard en 2010 (Cote : bibliothèque Marguerite Audoux : poésie ROM)
Recueil de poèmes dans lesquels A. Romanès choisit le ton de la confidence pour évoquer son enfance, sa famille, la nature, Dieu et l’écriture.

.

 

mendoza-embrouilleEduardo Mendoza, Ecrivain espagnol, apprécié pour son humour, dont la lecture déclenche des fous-rire impromptus : La ville des prodiges, paru au Seuil en 1988 (Cote : MEN), Le labyrinthe aux olives, paru au Seuil en 1985 (Cote : MEN), La grande embrouille, paru au Seuil en 2013 (Cote : Policier MEN)

L’ancien compagnon d’hôpital psychiatrique d’un détective a disparu. Ce dernier réunit alors une équipe constituée de marginaux en tous genres afin de le retrouver. Leur enquête s’oriente rapidement vers un projet d’attentat contre Angela Merkel qu’ils tentent de désamorcer. Ce roman dresse un état des lieux satirique de l’Europe en crise.

 

topor-dessins-paniqueRoland Topor, qu’on ne sait pas par quel bout présenter « est un illustrateur, dessinateur, peintre, écrivain, poète, metteur en scène, chansonnier, acteur et cinéaste français » précise t’on dans Wikipedia.
Voici quelques documents présents à la médiathèque Sagan :
Roland Topor : dessins paniques : exposition, Strasbourg, Musée d’art moderne et contemporain, 17 juin-12 sept. 2004, paru aux éditions Hazan (Cote : 700 Topor)

La planète sauvage, film d’animation de science-fiction de René Laloux sorti en 1973 (Cote : DVD Laloux)
Sur la planète Ygam vivent les draags, une espèce d’humanoïdes mesurant douze mètres de haut. Ils ont atteint les plus hauts sommets de la connaissance. Leur existence s’écoule lentement, toute entière tournée vers la méditation.
Le scénario de ce film envoûtant coécrit avec Roland Topor, est librement inspiré du roman « Oms en série » de Stephan Wul. Les dessins sont réalisés par Topor en papier découpé. La musique du film par Alain Goraguer est également remarquable.

durrenmatt-panneFriedrich Dürrenmatt, écrivain suisse
Grec cherche grecque, publié en 1955 (Cote : réserve centrale DUR et autres bibliothèques)
La panne, paru en 1956 (Cote : DUR (bilingue)
Alfredo Traps, représentant de commerce, tombe en panne dans un village. Il est hébergé par un juge retraité qui le convie à dîner avec ses amis. Ces derniers s’amusent à dresser son procès et, peu à peu, la culpabilité s’éveille en lui.

Viva, film cubain irlandais, sorti le 6 juillet 2016, de Paddy Breathnach (Cote : DVD pas encore disponible)
A Cuba, un jeune homme qui coiffe les perruques d’artistes travestis, rêve de chanter dans leur cabaret. Mais son père, qui sort de prison, a d’autres rêves pour lui… Ce film sorti cet été est passé inaperçu. Et pourtant, il est plein de qualité.
Le jeune adolescent a une sensibilité incroyable. Chanteur travesti la nuit, on le retrouve adolescent errant comme une ruine pendant la journée. Le père ne supporte pas la personnalité de son fils, c’est plus fort que lui. Malgré des tentatives de rapprochement, le lien entre les deux est un échec. C’est aussi le portrait de Cuba qui est ici en filigrane, celui d’un pays en décadence.

Coup de cœur de Laure :

Chloé Delaume dialogue dans ses premières œuvres avec Nathalie Dalain qui est le nom de naissance de l’écrivain. Même si elle évolue dans plusieurs domaines – éditrice, chanteuse, performeuse – elle révèle surtout, dès ses premières œuvres littéraires, un talent indéniable. Ses textes sont puissants. Écriture de l’autofiction, l’histoire de Nathalie/Chloé se raconte dans le cri du sablier sous une forme poétique déchirante… avec entre les lignes et les larmes, un peu d’humour.

le-cri-du-sablier

Le Cri du sablier, paru en 2001 aux éditions Farrago (Cote : DEL)
Le récit d’une tentative, à l’âge adulte, de répondre au questionnement d’un enfant. En remontant le temps, à l’image d’un sablier qui égrène sa douleur, la narratrice dessine la figure centrale et traumatisante de son père. Deuxième roman de Chloé Delaume, après Les mouflettes d’Atropos en 2000. Prix décembre 2001.

Où le sang nous appelle, écrit avec Daniel Schneidermann paru en 2013 (Cote : DEL)
Ouvrage né de la rencontre du journaliste et de l’écrivain qui ont passé l’été 2012 dans la ville Kobayat au Liban, dont elle est originaire, et où vivent tous les membres de sa famille sauf son oncle G.I. Abdallah, condamné à perpétuité pour actes terroristes et incarcéré en France depuis 28 ans. Leur rencontre et relation les plongent dans ces années sombres et dans les fondements de leurs vies.

Les sorcières de la République, paru cette année au seuil (Cote : Actu 1 semaine DEL)
C’est le petit dernier de Chloé Delaume. Livre féministe et impertinent dans lequel les sorcières prennent le pouvoir, appuyées par des déesses grecques qui semblent avoir elles aussi quelques comptes à régler.

Les coups de cœur de Guy

Les saisons de la nuit, 1998 Colum McCann (Cote : MCC)
L’histoire d’une famille de Noirs américains à New York que l’on suit tout au long du XXe siècle est l’occasion pour l’auteur d’évoquer l’exil, le racisme, l’exclusion mais aussi de parler d’amour et de rédemption.

Matteo a perdu son emploi, 2016, Gonçalo M. Tavares (Cote : Actu 1 semaine TAV)
Tel un domino, chaque personnage que l’on rencontre à la fin d’un chapitre est le protagoniste du suivant. Tout commence avec Aaronson, qui un jour décide de changer le parcours de son jogging et meurt fauché par la voiture d’Ashley, qui va alors rencontrer Brauman, et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée du héros principal : Matteo, celui qui a perdu son emploi.

Article rédigé par :

Advertisements

Une réflexion sur “Bla Bla Thé du 4 décembre

  1. Pingback: Bla bla Thé du 4 février | Médiathèque Françoise Sagan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s