Vie culturelle

Nos coups de cœur ciné 2018

Cette année encore, vous avez la possibilité de voter pour votre film préféré, sorti dans l’année, sur le portail des bibliothèques.

Si vous avez du mal à vous décider, voilà quelques suggestions made in Sagan:

Frédérique  : Phantom thread, Paul Thomas Anderson
Jeu sur ce qui couvre et recouvre, gaine, bride, contraint, retient, mené par les personnages d’un couturier, sa sœur, sa muse, les femmes… La faille n’est que de soie et le fil fantôme du titre est tendu à l’extrême tout au long de ce film dont la maîtrise à tous les niveaux, confondue au sujet, est impérieuse et admirable.

Florence  : Mademoiselle de Joncquières, Emmanuel Mouret
Un marivaudage aux dialogues affutés et délicieux, une mise en scène élégante, le film d’Emmanuel Mouret raconte un triangle amoureux très cruel et féministe dont les personnages laissent des souvenirs durables dans nos esprits. Il s’agit de l’adaptation d’un épisode de Jacques le fataliste de Denis Diderot.

Nathalie  : Les frères sisters, Jacques Audiard
Premier film de Jacques Audiard tourné en langue anglaise. Un western comme on les aime. Des paysages à vous couper le souffle, de l’action, du suspense, de la peur, de l’amitié et de la fraternité!

Pierric  : Lady Bird, Greta Gerwig
Pour moi, ce sera Lady Bird, tant cette chronique familiale de Greta Gerwig peut s’avérer juste et bouleversante. On y suit Christine McPherson, qui se fait appeler Ladybird et souhaite à tout pris s’extirper d’un carcan familial aimant mais étouffant, à plus forte raison depuis que son père a perdu son emploi. Porté par un casting brillantissime, le film a frôlé l’oscar de la meilleure actrice, et ne l’aurait pas volé!

Soizic  : Contes de juillet, Guillaume Brac
Versant fictionnel de L’île au trésor, sorti 3 semaines plus tôt, un diptyque émouvant, drôle et complètement rohmérien, dans une base de loisirs de Cergy-Pontoise. Deux histoires de séduction, pas si légères qu’il n’y paraît, et qui interrogent intelligemment les rapports hommes-femmes.

Renaud : La Révolution silencieuse, Lars Kraume
Où comment l’acte de résistance symbolique d’une classe de lycéens est-allemands face à la répression soviétique de 1956 à Budapest prend très vite la dimension d’une affaire d’État, aux implications individuelles tragiques et méconnues. À l’heure où les démocraties sont en crises, une plongée salutaire dans l’univers de méfiance, de manipulation et de grisaille bureaucratique qui pourrait s’appliquer à beaucoup de dictatures.

Stéphanie : Shéhérazade, Jean-Bernard Marlin
Fruit d’un travail d’immersion auprès de jeunes délinquants marseillais, le premier long-métrage de Jean-Bernard Marlin prend la forme d’une fiction quasi documentaire, tournée avec des acteurs non professionnels. Où une histoire de prostitution et proxénétisme adolescents échappe à la tragédie annoncée, par une rédemption amoureuse et morale passant du sordide au sublime.

Héloïse : Jusqu’à la garde, Xavier Legrand
On ne peut pas dire que ce film m’ait fait du bien ! Impossible pourtant de ne pas le citer dans les coups de cœur 2018. L’interprétation de Léa Drucker et Denis Ménochet est vraiment magistrale et le réalisateur nous livre une mise en scène impeccable. De bout en bout, la tension est quasi intenable dans ce film réaliste, juste et surtout bouleversant.

Mélody : Les indestructibles 2, Brad Bird
Ayant vu le 1er film toute petite, j’attendais avec impatience la suite ! Ce nouveau film nous ramène en enfance où on suit les nouvelles aventures de la famille de super-héros : les nouvelles missions d’Elastic Girl mais aussi de son mari M.Indestructible qui va avoir un grand mal à gérer Jack-Jack, son petit dernier !

Fabrice : En liberté, Pierre Salvadori
L’histoire d’une rencontre improbable entre Adèle Haenel, veuve d’un héros de la police, et Pio Marmaї, victime d’une erreur judiciaire et sortant tout juste de prison, fortement perturbé par l’expérience… À ce casting déjà alléchant se rajoute Vincent Elbaz et Audrey Tautou dans des rôles détonants. C’est un film d’amour, d’humour, d’action, de folie, qui fait rire et réfléchir, un objet presque inclassable dans le cinéma français…et tant mieux !

Patricia : Moi, Tonya, Craig Gillepsie
Moi, Tonya est un de mes coups de cœur en 2018. Pour son duo d’actrices (Allison Janney, incroyable en mère toxique), la mise en scène à la manière d’un faux documentaire…et les triple axels, of course. Au-delà de la comédie caustique, c’est un portrait de femme et athlète incroyable, face à l’absurdité d’un système. Tonya Harding réhabilitée : hell yeah !!

Laure : Ready player one, Steven Spielberg
Bienvenue en 2045! Ce film dystopique s’adresse à toute une génération de geeks qui apprécieront les multiples références. Mais au-delà des références 80s et de l’étiquette futuriste, le film est loin d’être déconnecté du monde actuel, ou dépourvu d’émotions. C’est audacieux et étonnant !

Viviane : Ni juge ni soumise, Jean Libon et Yves Hinant
Pendant 3 ans les réalisateurs ont suivi à Bruxelles la juge Anne Gruwez au cours d’enquêtes criminelles, d’auditions, de visites de scènes de crime, etc. Un documentaire décoiffant dans la lignée de l’émission TV « Striptease », grâce au personnage principal, une juge haute en couleur qui n’a peur de rien !

Audrey : Au poste!, Quentin Dupieux
Avec Au poste ! Quentin Dupieux nous propose un huis-clos déstabilisant, déjanté et surtout comique, le tout servi par une distribution brillante et audacieuse. Non-sens, dialogues pétillants, humour noir et allusions cinéphiles font de ce film absurdement absurde une singulière découverte 2018.

Maxime : 3 billboards, les panneaux de la vengeance, Martin McDonagh
Drôle et violent, émouvant et satirique, ce film est aussi porté au sommet par ses acteurs: Frances McDormand est incroyable de justesse en mère assoiffée de justice et de vengeance, pour calmer la colère du meurtre irrésolu de sa fille, Sam Rockwell et Woody Harrelson, au meilleur de leur art, ne sont pas en reste.

Bon et on aurait aussi aimé vous parler de BlacKkKlansman – j’ai infiltré le Ku Klux Klan, Woman at war, Gaspard va au mariage, La mort de Staline, Amanda… Comment ça, on s’emballe?

Vous pouvez enfin consulter les coups de cœurs des bibliothécaires du réseau parisien, et si avec tout ça il est encore trop dur de choisir, n’oubliez pas que vous avez le droit de voter pour plusieurs films!

Publicités

Une réflexion sur “Nos coups de cœur ciné 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s