Action culturelle

Bla Bla Thé du 4 mai 2019

Notre rendez-vous littéraire mensuel est de retour avec Floriane – Mathilde – Guy – Annie – Éliane – Ketty. Et Soizic et Maxime côté bibliothécaires.

Eliane ouvre le bal, sans mentionner de livres coups de cœur, car elle n’a dans son sac que des coups de griffe à donner. Elle préfère raconter la joie qu’elle a ressenti à la visite de l’exposition consacrée à Jacqueline Duhême à la bibliothèque Forney, dont un complément est visible aussi à la médiathèque Françoise Sagan.
Une exposition magnifique pour qui aime les dessins d’enfants de celle qui fut petite main chez Matisse, imagière des poètes, ou encore accompagnatrice de Jackie Kennedy en Inde !
À voir sur les deux sites, jusqu’au 13 juillet.

Annie :

Journal d’un étranger à Paris, de Curzio Malaparte

Chronique parisienne d’un bon connaisseur de la France et des Français au retour de l’auteur en France, dans l’immédiat après-seconde Guerre mondiale. Récit un peu cabotin, mais il faut quand même reconnaître à Malaparte, engagé très tôt parmi les légionnaires le mérite d’une violente critique du fascisme.

Ce que peut l’histoire, de Patrick Boucheron

Leçon inaugurale au Collège de France de l’historien, qui s’ouvre sur la soirée qui a eu lieu place de la République, après les attaques à Paris du 13 novembre 2015. Patrick Boucheron, dans une langue un peu compliquée, s’interroge sur le sens de son métier.
Ses cours sont retransmis sur France Culture à 5h du matin, ce qui ravit les insomniaques de tout bord. Son agenda très chargé laisse cependant planer le doute sur cette question : qui lave les chaussettes de Patrick Boucheron ?

Soizic :

My absolute darling, de Gabriel Tallent

Turtle Alveston vit ses 14 ans en Californie, coincée dans un univers familial aussi menaçant que fermé, victime d’un père abusif. La description des forêts où elle trouve un peu de réconfort est absolument magnifique. Un premier roman acclamé à juste titre par la critique.

Mon chien Stupide, de John Fante

Roman hilarant, où l’on suit les mésaventures, les doutes existentiels et les rêves foireux d’Henry Molise, scénariste, marié, 4 enfants, et propriétaire d’un chien facétieux nommé Stupide.
C’est aussi le livre préféré de Philippe le libraire, qui le conseille (et le vend) à tous ses client·e·s. Yvan Attal prépare une adaptation au cinéma de ce fameux récit.

Floriane :

L’étrangère aux yeux bleus, de Iouri Sergeevitch Rythkèou

L’histoire d’une ethnographe russe qui part vivre avec le peuple tchoukte, une tribu nomade sur le détroit de Béring, en 1947. Une ode émouvante à ce peuple en train de disparaître, dont est issue l’auteure du livre. C’est aussi le récit d’une traque car les soviétiques cherchent à les sédentariser. La jeune femme se marie à un Tchoukte, apprend leur mode de vie, leur langue, leur poésie. C’est aussi le combat entre un père qui souhaite conserver la liberté de son peuple, et un fils attiré par le système. On y trouve aussi le rapport à la nature qui est le fil conducteur de ce Bla Bla Thé !

Maxime :

Le gang de la clef à molette, d’Edward Abbey

On reste dans le thème de la nature avec ce livre publié chez Gallmeister. C’est l’histoire d’un ranger qui raconte comment les parcs naturels se transforment peu à peu en parcs d’attraction, avec hôtels, golfs, piscines, et comment le gang des clés à molette va tenter de résister. Ce gang se compose d’un docteur, d’une femme, d’un cowboy solitaire et d’un mormon. Tous sont très attachés à la beauté de ce territoire. On y trouve des descriptions intenses de la nature et des paysages. Le ton est assez drôle et caustique. Vingt ans plus tard, l’auteur a écrit la suite du Gang des clés à molette avec Le retour du gang, publié également chez Gallmeister.

La révolte des cafards, d’Oscar Zeta Acosta

Oscar Zeta Acosta fut le compagnon de route de Hunter S. Thompson, notamment lors de son fameux voyage à Las Vegas. Dans ce livre, il raconte son histoire d’avocat de la cause latino (le mouvement « chicano »). Il raconte les actions, les passages en prison, les coups d’éclat au tribunal. Ce livre a été publié dans les années 70. En 1974, Oscar Zacosta a disparu et personne ne sait ce qu’il est devenu. Il a publié seulement deux livres.

Annie :

68, mon père et les clous, de Samuel Bigiaoui, documentaire sorti en mai 2019

Ce film raconte l’histoire d’un quincaillier de la rue Monge, qui est le père du réalisateur. Intellectuel, bardé de diplômes, maoïste, celui-ci choisit d’ouvrir un bazar qui deviendra un haut lieu de sociabilité.

Guy :

Rebelles, film d’Allan Mauduit, sorti en mars 2019

Dans ce film, les hommes, et plus précisément leur phallus, en prennent un coup, « à juste titre ». C’est très saignant et désopilant, et les trois comédiennes, Cécile de France, Yolande Moreau et Audrey Lamy, sont pleines de justesse et n’en font pas trop.

Les invisibles, de Roy Jacobsen

L’auteur norvégien nous fait suivre les aventures de la famille Barroy, qui vit sur un archipel près du cercle polaire au début du XXe siècle. Premier épisode très touchant et très fort d’une série en cours (suivi de Mer blanche) sur un pêcheur paysan, son rapport à la mer et à la terre, loin de la « civilisation », où mer et climat très violents contrastent avec la solidarité entre les humains pour lutter contre les éléments.

Prochain et dernier rendez-vous de l’année, samedi 1er juin à 15h.

 

 

2 réflexions sur “Bla Bla Thé du 4 mai 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s