Collections

MUSIQUE : La sélection de septembre 2019

NOUVEAUTÉS :

CD

Resavoir  

Resavoir

Resavoir est un collectif  jazz de Chicago mené par le trompetiste Will Miller.

Jazz mais pas que ! À mi-chemin entre le post-rock léché de Tortoise de Jeff Parker et le jazz biberonné au hip-hop du batteur Makaya McCraven (également signé chez International Anthem).

Parlons du dispositif au cœur de cet enregistrement : Will Miller s’est servi de samples et boucles créés en amont dans son studio sur lesquels il a fait jouer des musiciens additionnels comme Brandee Younger, Sen Morimoto, Carter Lang… pour enfin finaliser ce premier album avec ses arrangements subtils et minimalistes. N’oublions pas de citer Crystal Zapata, l’artiste qui se cache derrière cette élégante pochette à l’image du collectif de Chicago.

Dayme Arocena

Sonocardiogra

Signée sur le label du DJ Gilles Peterson, cette chanteuse originaire de la Havane a collaboré avec des sommités du jazz afro-cubain tels que Chucho Valdés et Roberto Fonseca. Sur son 4e album elle poursuit avec une énergie intacte cette fusion des genres en puisant une fois encore dans les traditions de son île natale, notamment les rythmes et les chœurs de la rumba liés à la religion Santeria dont elle est une fervente adepte.

Ivo Pogorelich

Beethoven : Sonates pour piano op. 54 et 78
Rachmaninov : Sonate pour piano n°2 op. 36

Ivo Pogorelich nous offre un superbe programme Beethoven/Rachmaninoff :

Les sonates n°22 en fa majeur op.54 et n°24 en fa dièse majeur op.78 composées en 1804 et 1809 par Beethoven, solaires et profondes ainsi que techniquement novatrices grâce à l’instrument dernier cri conçu par le facteur Erard. N’oublions pas qu’à l’époque le piano est un instrument très récent. Et la sonate n°2 op.36 de Rachmaninoff, autre compositeur explorant toutes les subtilités du piano, ici en si bémol mineur, tonalité opposée aux œuvres de Beethoven dans l’interrogation anxieuse.

Ivo Pogorelich a eu tout à fait raison de faire ce choix de programme qui reflète aussi les états d’esprit de notre époque tout en enthousiasmes et interrogations. 

COMPILATION

V.A.

Acid LP

Cette réédition est la parfaite introduction aux débuts américains de l’acid house – et de son utilisation caractéristique du synthétiseur Roland TB 303. Publiée en 1988, la compilation fut le seul LP du label Hot Mix 5 – créé par le groupe de DJs du même nom réunissant les pionniers de  Chicago Farley « Jackmaster » FunkMickey « Mixin » OliverScott « Smokin » SilzRalphi Rosario et Kenny « Jammin » Jason . L’album rassemble des classiques d’Armando, de Fingers AKA Larry heard,  et de DJ Pierre, officiant également dans le groupe Phortune AKA Phuture, créateurs du genre.  Pump up the acid !

RÉÉDITION

Soyol Erdene

Soyol Erdene

Pour le lancement de leur subdivision Psych, le label de rééditions Everland a choisi l’unique et très rare album du premier groupe de rock mongol, les bien nommés Soyol Erdene  –  littéralement « joyau culturel ». Formé par quatre étudiants de l’université de musique d’Oulan-Bator, accompagnés de chanteuses, il est vanté à sa création en 1971 par le ministère de la culture comme la réponse nationale aux Beatles.  Sorti en 1981 sur le label soviétique Melodya mais enregistré au long de la décennie précédente, l’album  marque la rencontre de chansons traditionnelles, de poèmes mongols  et d’arrangements inspirés par le Merseybeat et la pop 60s.

VINYLE

Johan Papaconstantino

Contre-Jour

Influencé par le Jazz, le rock et le rap le jeune marseillais, également plasticien, nous propose depuis son Saint-Ouen d’adoption une électro-pop aux saveurs de Rébétiko.

Auto-tune et Bouzouki ? Pourquoi pas ! D’autant plus que la fusion fonctionne à merveille sur ce premier E.P réédité chez Animal63 (The Blaze, Myth Syzer…).

FOCUS :

Sur un album incontournable de nos collections.

Paul Winslow  

Tears behind the stars

Publié d’abord sur Bandcamp en 2015 puis pressé en vinyle par le magazine Gonzai à la fin de l’année suivante, Tears behind the stars est le premier album du multi-instrumentiste parisien Paul Winslow, dont le pseudonyme rend hommage au héros de l’opéra rock de Brian De Palma Phantom of the Paradise. De ce précis de pop psychédélique encensé par la presse lors de sa sortie émane un parfum de Swinging London (Zombies et Kinks) et d’été californien (les harmonies vocales façon Beach Boys). Chaudement recommandé aux amateurs de Jacco Gardner et Tame Impala !

.

Les nouveautés de septembre 2019 : https://bit.ly/2norrsT

Playlist : http://bit.ly/2lRT0Ky

Soft Rock, A.O.R., Yacht Rock, City Pop:

Pour prolonger l’été,  une sélection de disques autour du yacht rock, de l’A.O.R. (adult-oriented rock ou « rock californien ») et du soft rock.
Aux antipodes du punk, c’est une musique sophistiquée jouée par la crème des musiciens de studio, à la production soignée voire léchée, aux influences jazz et soul, au chant lumineux, et aux mélodies accrocheuses.
Le genre suscite un regain d’intérêt depuis les années 2000 via la pop indé.
A découvrir sur nos tables au 4e étage et sur Soundsgood.

Discographie : https://bit.ly/2nvDDYw

Playlist : http://bit.ly/30gDIx1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s