Action culturelle

Nos coups de cœur ciné 2019

Cette année encore, vous êtes invité-e-s sur le portail des bibliothèques parisiennes à voter pour votre film préféré, parmi les sorties 2019.

Voici quelques suggestions de l’équipe, des coups de cœur attendus ou plus surprenants…

 

Audrey: Proxima, Alice Winocour

Dans Proxima, Eva Green laisse de côté ses personnages burtonesques pour se révéler bouleversante et intense en astronaute française brillante, persévérante et tiraillée (elle s’apprête à quitter la Terre et sa fille pour une mission d’un an sur Mars). À pied, à vélo, en fusée allez voir Proxima cette ode aux mères, aux scientifiques, aux astronautes (il faut aussi voir le générique de fin), mais avant tout aux filles et aux femmes : nous sommes tellement fortes !

 

Ingrid: L’heure de la sortie, Sébastien Marnier

Un ovni qui oscille entre thriller fantastique et fable écologique pessimiste. On retrouve Laurent Laffite dans un rôle sur mesure, dont le malaise est palpable face  des collégiens surdoués et qui ne croient plus  en rien dans le monde qui nous entoure. Un gros coup de cœur pour la bande originale qui sert magnifiquement le film : Zombie Zombie et surtout l’interprétation par la chorale de l’école de Free Money de  Patti Smith.

 

Maxime: Parasite, Bong Joon-ho

Une famille de chômeurs vit dans des conditions désastreuses. Pour échapper à leur condition, chacun des membres de la famille s’immisce peu à peu dans le quotidien cossu des Park, une famille de grands bourgeois, et s’installe à résidence dans leur luxueuse demeure, pour bousculer radicalement l’ordre des choses. Succès critique et public, Bong Joon-Ho livre avec Parasite, palme d’or à Cannes, un film de revanche sociale, une fable moderne et anticapitaliste, à la photographie ultra maîtrisée.

 

Héloïse: Et puis nous danserons, Levan Akin

Des scènes de danse passionnées et passionnantes qui émaillent un récit courageux et touchant, la quête d’une émancipation personnelle, professionnelle, sexuelle et sociale magnifiquement incarnée par un jeune acteur débutant (Levan Gelbakhiani), un film tout simplement bouleversant.

 

Soizic: Perdrix, Erwan Le Duc

Pour l’histoire d’amour, pour la reconstitution historique, pour l’étagère qui tombe, pour les discussions au commissariat, pour Nicolas Maury en combinaison de plongée et pour mille autres raisons…

 

Pauline: Atlantique, Mati Diop

Une histoire d’amour, d’espoir, de vengeance, et de résilience dans une banlieue de Dakar, portée par des femmes livrées à elles-mêmes mais bien plus puissantes qu’elles ne sauraient le croire. On se laisse littéralement envoûter par ce film à l’atmosphère étrange, ralentie, où le fantastique surgit sans troubler, comme une évidence, tant on est à l’instar des personnages, ballotté entre le rêve bleu de la mer et la réalité cauchemardesque, au gré des ressacs de l’océan, un leitmotiv qui nous saisit aussi grâce à la bande-son pénétrante. Ce film traite du dramatique sujet d’actualité de l’exil et des migrants mais en se plaçant sous l’angle de ces hommes depuis leur pays d’origine. C’est une belle ode aux femmes qui, restées seules, résistent, les vengent, et font des choix pour se reconstruire sans oublier ceux qu’elles ont aimés, et surtout sans s’oublier elles-mêmes.

 

Florence: Vice, Adam McKay

Comment un homme aussi discret que manipulateur occupant le poste le moins stratégique en théorie du système politique américain, celui de vice-président, a-t-il réussit à faire basculer la géopolitique mondiale provoquant les changements dramatiques que nous connaissons aujourd’hui. Christian Bale livre une remarquable performance d’acteur dans ce film aussi original que brillant.

 

Lucie: Le chant du loup, Antonin Baudry

A priori, le sujet de ce film me paraissait peu engageant et je suis allée le voir plus par curiosité et pour certains acteurs comme Reda Kateb et François Civil. J’ai finalement été agréablement surprise et me suis laissée prendre au jeu de ce huis-clos efficace.

 

Pierric: Les misérables, Ladj Ly

En m’installant dans la salle de cinéma, j’avais quelques appréhensions. Pour un sujet aussi brûlant que les violences policières en banlieue, je craignais un nouvel exemple de raccourcis caricaturant l’un ou l’autre des deux « côtés » de la matraque pour les renvoyer dos à dos de façon binaire. Et pourtant loin s’en faut ! Le film marque par la dureté sans fard de son propos, qui contribue au réalisme revendiqué du film. Mais il brille avant tout par le talent des acteurs, au premier chef l’incroyable « Gavroche » Issa Perica et Damien Bonnard, épatant dans ce rôle de flic novice dans le 93. Le scénario des « Misérables » ne tranche aucun débat, il détaille simplement des conditions d’existence qui valent au film sont titre et montre avec brio comment les uns s’accommodent, les autres se compromettent et certains font le choix de se rebeller. Chacun à sa mesure et avec sa logique propre…

 

Renaud: Little Joe, Jessica Hausner

Une sombre histoire de plante génétiquement modifiée aux inquiétants (mais savoureux) développements. Entre images léchées, couleurs acidulées et musiques envoutantes (ou oppressantes), la plante du bonheur suit son petit bonhomme de chemin et s’avère nettement moins inoffensive que prévu…

 

Caroline: Les invisibles, Louis-Julien Petit

Pour ces femmes trop souvent oubliées, pour l’engagement altruiste, pour les magnifiques actrices. Un film choral réussi et énergique, qui parvient à mêler le rire et l’émotion sans tomber dans le pathos.

 

Philippe: Portrait de la jeune fille en feu, Céline Sciamma

À l’aide d’un dispositif théâtral et un peu abstrait, ce film explore le rôle du regard et de la mémoire dans la construction érotique d’une relation. Non seulement les regards des personnages entre eux (entre elles même !) mais aussi notre regard de spectateur toujours tenter de les dévorer des yeux…

 

Laure: Abominable, Jill Culton & Todd Wilderman

Un dessin animé lumineux et vivant sur la différence, qui montre combien il est essentiel de prendre soin de la nature. L’histoire d’amitié d’une petite fille originale et aventurière qui ouvre son cœur avec confiance à une bête étrange. La musique est également à l’honneur dans ce conte, touchant avec grâce la sensibilité des petits et grands.

 

Il y en aurait beaucoup d’autres mais on ne veut pas trop vous influencer, maintenant c’est à vous de voter! Et pour les coups de cœur des collègues du réseau, c’est par là

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s