Action culturelle

Concours de micro-nouvelles sur la Prison Saint-Lazare

Au mois de mars dernier, autour du 8 mars et de la Journée Internationale de Lutte pour les Droits des femmes, nous avons entamé un travail de mémoire, en lien avec nos usagers, sur l’histoire de la médiathèque. Léproserie au 12e siècle, Congrégation de la Mission de Saint Vincent de Paul au 17e, prison sous la Révolution Française puis prison-hôpital pour femmes au 19e… La médiathèque Françoise Sagan occupe un lieu central de l’histoire parisienne depuis près de 1 000 ans.

Sous la Révolution Française, la prostitution est dépénalisée. Les maisons closes se développent rapidement, taxées par l’État et, en 1802, la visite médicale devient obligatoire. Les prostituées reconnues par l’État sont dites « soumises », par rapport aux clandestines. Ces « insoumises », sont incarcérées à Saint-Lazare, lieu d’internement administratif et hôpital. L’ancien édifice de la prison est rasé vers 1824, la construction de la nouvelle chapelle et de l’infirmerie est alors confiée à Louis-Pierre Baltard. L’architecte y construit en 1834 l’ « infirmerie spéciale », pour soigner les femmes de la prison Saint-Lazare.

La prison est divisée en trois sections principales : la première contient les prévenues et condamnées, la seconde est à la fois un lieu de punition et un hôpital pour les prostituées, la troisième est affectée aux jeunes filles enfermées par voie de correction paternelle.

Pour la seule année 1837, ce sont plus de 11 000 femmes qui sont passées par Saint-Lazare. De toutes les femmes enfermées dans cette prison, l’histoire n’a retenu que quelques noms célèbres : des militantes comme Louise Michel, Hélène Brion ou Germaine Berton, des personnalités sulfureuses comme l’espionne Mata Hari, ou des criminelles au cœur de faits-divers romanesques à l’image de Marie Bourette l’empoisonneuse, Marthe Hanau la « banquière des années folles » ou Chicago May, voleuse de renom…

En complément d’un éditathon sur les prisonnières de Saint-Lazare, nous avons lancé un concours de micro-nouvelles à partir d’archives photographiques du Musée Carnavalet – Histoire de Paris :

Dortoir de l’infirmerie avec détenues cousant, prison Saint-Lazare, maison d’arrêt pour femme,107 rue du Faubourg-Saint-Denis. Paris (Xème arr.). Photographie d’Henri Manuel (1874-1947). Tirage gélatino-argentiques au bromure sur papier, collé sur un page d’album cartonnée. Agrandissement d’après une plaque négative sur verre. 1929-1931. Paris, musée Carnavalet.

 

Le personnel médical recevant des détenues, prison Saint-Lazare, maison d’arrêt pour femme,107 rue du Faubourg-Saint-Denis. Paris (Xème arr.). Photographie d’Henri Manuel (1874-1947). Tirage gélatino-argentiques au bromure sur papier, collé sur un page d’album cartonnée. Agrandissement d’après une plaque négative sur verre. 1929-1931. Paris, musée Carnavalet.

 

Cour de l’infirmerie, 2e section, maison d’arrêt et de correction de Saint-Lazare, rue du Faubourg-Saint-Denis. Paris (Xème arr.). Photographie de la Préfecture de Police de Paris. Tirage au gélatino-bromure. 1911. Paris, musée Carnavalet.

 

Intérieur d’un cachot avec graffitis, prison Saint-Lazare, maison d’arrêt pour femme,107 rue du Faubourg-Saint-Denis. Paris (Xème arr.). Photographie d’Henri Manuel (1874-1947). Tirage gélatino-argentiques au bromure sur papier, collé sur un page d’album cartonnée. Agrandissement d’après une plaque négative sur verre. 1929-1931. Paris, musée Carnavalet.

Les participants devaient imaginer une histoire autour d’une ou plusieurs de ces photos sous la forme d’une micro-nouvelle (5 000 signes maximum). Nous avons reçu plus de 50 textes et le jury, composé de bibliothécaires, de Corinne, libraire de la Litote, Frédérique Anne, animatrice d’ateliers d’écriture et Karine Marquet, du Musée Carnavalet – Histoire de Paris, a eu du mal à les départager.

10 textes ont été sélectionnés et nous vous proposons de les découvrir chaque semaine sur notre blog, profitant de cette période estivale non-confinée pour plonger dans l’ambiance sombre mais souvent poétique et toujours féministe de ces textes sur l’enfermement. Bonne lecture, merci à tous les participants et bravo aux gagnants !

11 réflexions sur “Concours de micro-nouvelles sur la Prison Saint-Lazare

  1. Pingback: Concours de nouvelles #1 : « Dans un mois dans un an…  | «Médiathèque Françoise Sagan

  2. Pingback: Concours de nouvelles #2 : « Prison Saint-Lazare  | «Médiathèque Françoise Sagan

  3. Bonjour madame &monsieur .c’est camara Fousseyni. Vous pourrez me donne un rendez -vous pour l’inscription.s’il vous plaît. Je suis en formation à E T M c’est eux qui me donne vous cordonne pour que je puis m’inscrire avec vous. Merci cordialement camara Fousseyni Bonne soirée

  4. Pingback: Concours de nouvelles #3: « Le collier de Fantine  | «Médiathèque Françoise Sagan

  5. Pingback: Concours de nouvelles #4 : « A Saint-Lazare  | «Médiathèque Françoise Sagan

  6. Pingback: Concours de micro-nouvelles sur la Prison Saint-Lazare – Criminocorpus

  7. Pingback: Concours de nouvelles #5 : « Un petit nom  | «Médiathèque Françoise Sagan

  8. Pingback: Concours de nouvelles #6 : « L’un d’elles  | «Médiathèque Françoise Sagan

  9. Pingback: Concours de nouvelles #7 : « L’entonnoir  | «Médiathèque Françoise Sagan

  10. Pingback: Concours de nouvelles #8 : « Rencontre à la prison Saint-Lazare  | «Médiathèque Françoise Sagan

  11. Pingback: Concours de nouvelles #9 : « Louise  | «Médiathèque Françoise Sagan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s