Fonds patrimonial Heure Joyeuse

Hommage à Enzo Mari, par Annie Mirabel, co-fondatrice des Trois Ourses

Dans sa belle tête méditerranéenne brillait un regard vif et noir qui vous transperçait.

Il avait tout étudié, tout déconstruit, nettoyé bien la table, pour tout reprendre à zéro, faire place à l’autonomie, au projet, comme on disait alors dans le monde du design pour signifier à la fois l’idée et sa construction.

© Aldo Ballo

Son travail pour les enfants, les livres, les jeux a commencé tôt, avant son œuvre de designer. Père à 22 ans, encore étudiant à l’école d’art de Milan, il observe avec attention l’évolution de ses deux enfants ; « ….j’ai fondé là-dessus ma façon de travailler, voire de penser ». De son parler rapide, précis, chargé d’expérience, il a répété que le prix Nobel devait être attribué à un enfant de deux ans, pour sa capacité d’invention.

Ses premiers projets sont les livres réalisés dans les années 60 avec sa femme Iela Mari : La pomme et le papillon, L’œuf et la poule…

Par-delà le succès de ces livres en France, les Trois Ourses allèrent à plusieurs reprises voir ces artistes de plus près et s’emballèrent pour le créateur de jeux et d’objets quotidiens. Le dialogue ne fut pas toujours facile, sous la surveillance du regard noir et profond, en perpétuelle colère. Mais Les Trois Ourses étaient piquées au vif  par la beauté des jeux et des livres, fruit d’un long travail de dessin, par cette justesse du regard qui nettoyait les yeux et vieillissait d’autres livres.

Une recherche de perfection, une leçon que durant 30 ans elles voulurent apprendre.

Les archives des Trois Ourses sont désormais conservées au fonds patrimonial Heure Joyeuse / Médiathèque Françoise Sagan (inventaire en cours).

Deux vitrines en salle de lecture du fonds patrimonial vous permettent de découvrir les jeux d’Enzo Mari conservés dans la collection, où ses albums sont par ailleurs bien représentés. Dans les archives des Trois ourses, dossiers de presse, correspondance, cartons d’invitation complètent la documentation autour de cette figure du design et du livre italien pour les enfants.

Dans le placard à balai de la bibliothèque, on trouvera bien un emballage vide, carton ou plastique que l’on va peindre et découper pour faire un vase en suivant les dessins d’Enzo. Quelques fleurs feront l’affaire pour un hommage à celui qui savait bien, comme les enfants, que «  le roi est tout nu ».

Dans la collection de livres de la bibliothèque, ceux de Bruno Munari, de Nathalie Parrain, de Katsumi Komagata…sauteront aux yeux. On regardera les images, on les comparera, on jouera à les assembler. On verra se dessiner  toute une histoire, celle du livre, de l’art et des enfants.

Annie Mirabel, co-fondatrice des Trois Ourses

Lire et jouer avec Enzo Mari : [exposition, Blois, Bibliothèque Abbé Grégoire, 16 octobre-18 novembre 2000], Paris, Édition les Trois ourses, 2000, 46 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s