Action culturelle

Prisonnières de Saint-Lazare, une petite exposition à la médiathèque

Tous les deux mois, la salle d’actualités au rez-de-chaussée de la médiathèque se transforme au gré de l’actualité culturelle. En ce moment et jusqu’au 4 mai, les femmes sont à l’honneur à travers la thématique « Femmes, toutes une histoire ».

Pour faire vivre l’histoire des murs de la médiathèque, nous avons mis un coup de projecteur sur quelques-unes des figures féminines emprisonnées à Saint-Lazare. Louise Michel a bien fréquenté le quartier des pistoles de la prison, mais connaissez-vous Marthe Hanau, Rirette Maîtrejean, Germaine Berton, Jeanne Deroin ou Henriette Caillaux ?

Petit rappel historique 

Le carré Saint-Lazare a abrité tour à tour une léproserie (du 12ème au 16ème siècle), la congrégation de la Mission de Saint-Vincent de Paul dès 1632, une prison sous la Terreur, un « hôpital-prison » pour  femmes du début du 19ème siècle jusqu’en 1927, une maison de santé pour femmes jusqu’en 1955, puis un hôpital de l’Assistance publique, une annexe d’université et un lieu associatif, et enfin la médiathèque Françoise Sagan depuis 2015.

Prostituées, militantes anarchistes, personnalités sulfureuses ou criminelles au cœur de faits-divers romanesques, et d’autres anonymes, ce sont des milliers de femmes qui sont passées entre les murs de la prison.

Cour de promenade avec des détenues âgées. Photographie d’Henri Manuel (1874-1947). entre 1929-1931. Paris, musée Carnavalet.

Dans le prolongement du travail entamé en 2020 à la médiathèque avec le public pour enrichir les notices Wikipédia de prisonnières moins connues que Mata Hari ou Mme Steinheil, nous avons commencé à nous plonger dans l’histoire de ces femmes. En consultant les archives de la Bibliothèque Historique (spécialisée dans l’histoire de la ville de Paris), Marguerite Durand (spécialisée dans l’histoire des femmes et du féminisme) ou de la Bibliothèque des Littératures Policières, nous avons pu en savoir plus sur la vie quotidienne de la prison et la biographie de certaines prisonnières.

Savez-vous qu’Henriette Caillaux, après avoir assassiné le directeur du Figaro le 16 mars 1914 a fait la une des journaux jusqu’à son acquittement le 28 juillet suivant ? Ou que Marthe Hanau s’est volontairement échappée la nuit du 22 mars 1930 de l’hôpital Cochin, où elle était nourrie de force suite à une grève de la faim, pour revenir dans sa cellule de la prison Saint-Lazare ?

Extrait d’une série de cartes postales humoristiques sur Henriette Caillaux
L’automobile qui la conduira aux assises. Paris, L’H., 1914,
collection de la bibliothèque Historique de la Ville de Paris

Durant les mois de mars et avril, vous pourrez découvrir au rez-de-chaussée de la médiathèque des éditions originales d’ouvrages écrits par des prisonnières, des revues, lettres, cartes postales, plans et photographies, témoins des vies mouvementées de ces femmes et de leur passage à Saint-Lazare.
Si le sujet vous intéresse, vous trouverez de nombreuses photographies en ligne sur Gallica et sur le site de l’agence Roger-Viollet.  

Visite guidée de l’exposition samedi 17 avril à 14h et à 16h.

Sur réservation au 01 53 24 69 70 ou auprès d’un bibliothécaire.

Crédits photo :

J. Deroin : collection du Musée national de l’Education / H. Caillaux : Henri Manuel, collection Bibliothèque Marguerite Durand / Mathe Hanau : Albert Harlingue collection BHVP / Roger-Viollet / Rirette Maitrejean : Albert Harlingue, collection BHVP/ Roger-Viollet / Jeanne Humbert : Police Magazine n°108, collection Bibliothèque des Littératures Policières / Germaine Berton : Photographie anthropométrique, collection archives de la police de Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s