Action culturelle

Bla Bla Thé (à distance) d’avril 2021

Marie Stuart de Stefan Zweig. Vous croyez connaître la vie de Marie STUART – 1542-1587 – Reine d’Ecosse décapitée par « sa sœur » Elisabeth Iere – 1533-1603, Reine d’Angeleterre ? Si vous lisez le livre de ZWEIG, vous saisirez avec une précision étonnante la psychologie de ces deux personnalités féminines hors du commun et si dissemblables. Vous en saurez davantage sur les guerres de religions de l’époque, sur les impensables manipulations politiques (résonnances contemporaines !) et beaucoup d’autres évènements… « Zweig , avec une rigueur scientifique, une passion artistique sans égales, une minutieuse exactitude, reconstitue leur histoire et vous emmène à travers un suspense digne d’un grand policier, dans les remous de cette époque pleine de bruits et de fureur. J’attends de lire son autre livre sur Marie-Antoinette qui paraît-il est aussi alléchant. » Par ELIANE

La vagabonde de Colette. Une préface de 46 pages comme on en fait plus de Nicole Ferrier-Caverivière. La Vagabonde, récit presqu’autobiographique écrit par Colette (Renée dans le roman) quelques temps après son divorce d’avec Willy (1910) son 1er mari, son 1er amour qui l’a trompée abondamment…. Elle va vers la quarantaine, se retrouve seule et doit survivre. Elle pend des cours de mime et présente un spectacle où elle se produit plus ou moins nue à l’Empyrée-Clichy. Sa description de cet univers ne manque pas de sel. Puis un homme, un « grand serin » : Maxime Dufferein-Chautel lui fait la cour à l’ancienne, lui offre un petit sac à main en peau de truie… et c’est toute une histoire. A sa lecture, on se surprend à rire tout haut. « C’est du Colette bel art littéraire. Avec ce texte, Colette ferme les chemins de sa soumission à Willy et ouvre son chemin de liberté. C’est un beau livre d’une femme courageuse qui deviendra Sidonie Gabrielle Colette dite Colette. Son nom est donné à la place située face à la Comédie Française, couramment appelée « Maison de Molière » (place sur laquelle on trouve aussi le kiosque des Noctambules de Jean-Michel Othoniel.) » Par ELIANE

La double vie d’Anna Song de Minh Tran Huy. Que peut-on faire par amour ? Jusqu’où est-on capable d’aller ? Inventer une vie à l’être aimé ? C’est tout ce que raconte ce livre inspiré d’une histoire vraie. Paul et Anna sont amis depuis l’enfance. Un temps séparés par la vie, ils se retrouvent et tombent amoureux.  Anna, pianiste douée mais jamais reconnue, a dû arrêter sa passion à cause d’une maladie qui touche deux de ses doigts. Atteinte d’un cancer auquel elle succombera à 48 ans, son mari n’a qu’une idée en tête : faire reconnaître la plus grande pianiste dont personne n’a jamais entendu parler ‘lui offrir une gloire immortelle ». Pour cela, il va publier la discographie qu’Anna a enregistrée dans le plus grand secret quelque temps avant son décès. Et là, tout va s’emballer ; un petit grain de sable va révéler un scandale. Et les médias vont s’en mêler. Le dénouement et la vérité qui n’apparaissent que dans les toutes dernières pages m’ont surpris. « Au-delà de cette histoire, c’est à la rencontre du Vietnam que l’auteur nous emmène également (pays dont la famille d’Anna est originaire). Ses paysages, ses odeurs, sa nourriture, ses traditions, l’importance de la famille, les oppressions politiques subies, la résistance des Vietnamiens, l’exil, etc… Tout est subtilement raconté dans ce merveilleux livre aux notes et images accrocheuses. Dans ces 190 pages, pas un mot, pas une ligne de trop mais tout y est ». Par FABIENNE

Suzuran de Aki Shimazaki. En japonais, suzuran signifie muguet. C’est le nom qu’Anzu, céramiste reconnue au Japon, a donné au dernier vase qu’elle a créé. C’est la fleur symbole de sa sœur aînée, Kyôko, née le 1er mai. Anzu, divorcée, élève son fils dans une petite ville de province où vivent également ses parents. Elle a une vie calme, ne pense pas à se remarier et se consacre à sa passion héritée de son grand-père. Mais voilà, les cartes vont être rebattues avec l’annonce de l’arrivée de Kyôko qui vient présenter son fiancée. Kyôko, célibataire convaincue et séductrice impénitente, qui ne recule devant rien pour avoir l’homme sur lequel elle a jeté son dévolu allant même jusqu’à trahir par deux fois sa sœur, n’envisage aucune vie en dehors de la capitale Tokyo. Que cache donc l’annonce de son mariage et sa possible installation dans cette petite ville ? Quelles en seront les conséquences sur  la vie d’Anzu ? Anzu semble fragile comme les clochettes du suzuran mais en réalité c’est une femme forte qui mène sa barque à son rythme. Fidèle à ses convictions et ses choix, elle ne reprochera jamais rien à sa sœur et l’accompagnera jusqu’au bout dans l’épreuve qui l’attend. « Livre avec une écriture tout en douceur qui m’a fait penser aux maisons « de papier » japonaises où tout se passe sans bruit. Belles descriptions des promenades d’Anzu au bord de la mer où elle va se ressourcer. On trouve également les traditions japonaises, le respect et l’amour de la famille, le parfum du muguet et les odeurs de la cuisine. Les mots et idéogrammes japonais glissés dans le texte (il y a un glossaire à la fin) ne sont en aucun cas un frein à la lecture, bien au contraire, cela m’a encore plus imprégnée de ce pays. Une découverte de cet auteur que je ne connaissais pas me donne très envie de me plonger dans ses pentalogies précédentes. Suzuran est d’ailleurs le premier d’une nouvelle série ». Par FABIENNE

Les mandarins de Simone de Beauvoir.  Les personnages des Mandarins sont les membres d’un cercle d’intellectuels parisiens en pleine crise existentielle. Au travers de ce texte, Simone de Beauvoir exposait son parcours et s’interrogeait sur l’engagement de l’écrivain, la responsabilité individuelle et la pertinence de l’action politique. « Quel grand livre ! Je me régale. Surtout dans, ses portraits, intimes, remarquables de justesse et de précision. Un Goncourt tellement mérité en 1954 ». Par THIERRY

Tsubaki + Tsubame + Wasurenagusa de Aki Shimazaki. Ces trois courts romans font partie d’une série de cinq, et concernent les mêmes personnages. Chacun raconte les événements sur plusieurs générations à sa façon et avec les informations qu’il a. « J’ai trouvé le principe et les livres très intéressants (je les ai lus 2 fois déjà). L’autrice bien que japonaise, écrit directement en français et la lecture est très agréable. Surtout, elle m’a permis de mieux connaître la culture japonaise. La vision et les informations sur des événements historiques importants -tremblement de terre de 1923 et 2ème guerre mondiale (en particulier le bombardement de Nagasaki)-  vécus et relatés par certains personnages m’a passionnée. Toutes les informations sont distribuées avec finesse, rien n’est pesant (même le format des livres est léger !). Lecture incitée par Fabienne qui a parlé de cette autrice. » Par CATHERINE

Coupe sombre de Leo Peer. Une fatalité semble poursuivre Simon, modeste paysan de Basse-Engadine (canton des Grisons). Un jour de chasse et de guigne il a accidentellement tué l’un de ses voisins. Quand il rentre au village, après trois ans de prison, il a soixante-cinq ans ; il ne lui reste plus rien et la communauté le traite en paria. Seul un garçonnet, également solitaire, noue avec lui une forme d’amitié. Pour retrouver une dignité, Simon accepte – ou peut-être choisit – une tâche qu’on ne souhaiterait même pas au diable : une coupe de bois dans un endroit impossible. Ce roman à la portée universelle pourrait s’intituler  » Le vieil homme et la montagne « , tant le combat de son héros contre l’hostilité de la société et de la nature évoque celui du célèbre pêcheur de Hemingway. Sous le drame réaliste, Oscar Peer suggère discrètement, par le fantastique, le mystère du destin (présentation éditeur). « Un roman sur la recherche de rédemption, la solitude, la fureur et la honte rentrées, sur le combat contre la Nature. Il y a une évocation de l’ordalie médiévale : si le condamné survit à l’épreuve, à la torture, s’il en réchappe, c’est donc qu’il est innocent. C’est un texte d’une grande épure, il n’y a rien de trop (ce qui est certes difficile en 110 pages) et c’est d’une beauté puissante. Roman traduit de la langue romanche, langue d’expression de l’auteur. » Par STEPHANE 

Borgo vecchio de Giosuè Calaciura. A Palerme, dans le quartier populaire de Borgo Vecchio, Mimmo et Cristofaro sont les meilleurs amis du monde. Comme tous les jeunes de ce territoire oublié de Dieu et de la police, leur héros est Toto, un pickpocket qui détrousse les dames du centre-ville sans jamais user du pistolet qu’il garde caché dans sa chaussette. Mimmo rêve d’utiliser l’arme contre le père de Cristofaro, un homme violent… (présentation éditeur). « Un texte comme un conte sur une amitié dans un contexte cru, cruel. On plonge véritablement dans un univers, un quartier pauvre palermitain, très vivant, riche en odeurs. Une écriture très belle avec une langue, des phrases ciselées, quelque chose de poétique parfois. Ce roman m’a beaucoup plu ». Par FLORIANE

L’homme de la plaine du nord de Sonja Delzongle. Dans ce roman, Hanah Baxter/Kardec, la célèbre profileuse, est extradée des Etats-Unis vers la Belgique à la suite d’un courrier anonyme qui la désigne comme LA meurtrière de son ex-associé et mentor, Anton Vifkin. Lorsque l’enquête démarre par l’arrivée d’Hanah à l’aéroport de Bruxelles, et lors de son transfert dans les locaux du commissariat, elle croise « l’homme de la plaine du nord ». Hasard ou non, cet homme la reconnait et sait qu’il est temps pour lui d’achever son contrat. Car Ernest Gare, c’est son nom, est tueur à gages, et il doit honorer son dernier contrat en date, celui de tuer Hanah Baxter. Mais Ernest à une autre vie la nuit, il est Frida, tête d’affiche du Cabaret No, Frida est toute en séduction, le temps d’une chanson. L’affaire « Vifkin », a eu lieu il y a une vingtaine d’années auparavant, l’inspecteur belge Peeters était chargé de l’enquête. A cette époque, il était persuadé de l’implication d’Hanah Baxter. Aujourd’hui, à sa libération, Hanah rejoint Abel et Rinchard équipiers de Peeters pour élucider l’affaire. Puis, il y a la découverte d’un corps humain déchiqueté par des pit-bulls en pleine forêt de Soignes. L’équipe se lance alors, sur la piste d’un lieu qui semble étrangement familier à Hanah, un manoir au milieu de nulle part. Un Manoir où avaient lieu des soirées privées, ce lieu va prendre de plus en plus d’importance, à travers les obscurs, passé de Vifkin, et présent d’Ange Defer, de la famille Defer L’ensemble de ces histoires nous est dévoilé violemment. « Dans « l’homme de la plaine du nord »Sonja Delzongle clôture les aventures de la célèbre profileuse Hanah Baxter. Les protagonistes de ce roman noir sont des cabossés de la vie qui ont un côté sombre voir très très sombre. Et surtout, ils n’échapperont pas à leur destin, encore moins à leur passé, paroles de Sonja Delzongle. » Par ANNIE L.

Nickel Boys de Colson Whitehead. 1960, Tallahassee(Floride), Elwood Curtis, jeune afro-américain, croit en l’avenir à travers les discours du Révérend King et en son avenir grâce à sa prochaine inscription à l’université. Du chemin qui devait mener à son entrée à l’université, il passe directement à son enfermement à la « Nickel Academy ». Sans réel procès, Elwood est transféré vers Nickel, pour être monté dans une voiture volée lors de son trajet pour l’université. Nickel, est le plus grand centre de redressement pour mineurs aux Etats-Unis. On découvre avec effroi, que sous couvert d’une maison de correction pour mineurs qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables », qu’il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Avec pour seule échappatoire possible pour sortir de Nickel, soit la fuite, soit la mort. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Jack Turner, codétenu. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes. La deuxième partie, se déroule l’année 2010, où une équipe d’étudiants en archéologie met au jour le cimetière clandestin d’une l’école… « Thème fondé sur une histoire réelle, celle du centre correctionnel de rééducation pour jeunes détenus mineurs de la Dozier School en Floride où de jeunes noirs de 1900 à 2011 ont été persécutés. Barack Obama a dit de ce roman « Le roman de Colson Whitehead est une lecture nécessaire. Il détaille la façon dont les lois raciales ont anéanti des existences et montre que leurs effets se font sentir encore aujourd’hui ». En prolongement, je vous donne le titre de 2 livres qui font partie de ma liste de livres incontournables que l’on doit avoir lus : Underground Railroad du même auteur et Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee un pur chef d’œuvre« . Par ANNIE L.

Chant des âmes sans repos de Tove Alsterdal. Les premières pages du roman nous font découvrir Eva, qui poursuit un homme. Cet homme, c’est Svante, son ex-mari, dont elle a divorcé il y a déjà plusieurs années, Svante et en couple depuis peu avec une jeune femme. Elle veut juste lui parler, alors elle le suit, le poursuit en cachette. Tout va basculer lorsqu’elle s’approche de Svante, il réagit violemment, la bouscule et lui demande de partir. Il y a alors un moment de confusion, une approche furtive et Eva s’évanouit suite à un coup reçu sur la tête. Lorsqu’elle reprend connaissance dans un semi brouillard, elle voit une jeune rom s’enfuir, elle s’avance alors vers une ombre, ou plutôt vers un corps, c’est celui de Svante, son corps repose à même le sol, sans vie. Arrêtée par la police, Eva n’a plus qu’un espoir retrouver la jeune rom pour qu’elle l’innocente. Mais comment retrouver un témoin qui n’a aucune attache ? Or, tandis qu’Eva tente de se disculper à la recherche du témoin pouvant l’innocenter, dans le parc de Beckomberga des corps sont exhumés par la police, suite à l’information d’un résident. Alors commence deux histoires qui s’entremêlent : celle des roms à travers l’enquête d’Eva et de son fils Filip, perdu de vue et retrouvé à Berlin lors de son périple. Et l’histoire de l’ancien hôpital psychiatrique de Beckomberga reconverti en lotissements huppés au travers du quotidien d’une famille et de la jeune compagne de Svante. Tout commence, lorsque le père de cette famille, découvre sous le lit de son fils, un crâne humain. Son fils, accompagné d’autres copains ont joué aux explorateurs et sont les protagonistes et découvreurs d’un cimetière des plus étranges. Une véritable psychose s’empare des résidents, ils vont alors constituer une milice de surveillance, car certains racontent avoir vu un rodeur. « Un roman policier documenté à souhait, et très instructif sur les problèmes de sociétés récurrents. A travers l’enquête vous traversez l’histoire des roms en Suède, en Roumanie, la gestion des malades mentaux en 1930 par la Suède avec l’établissement de Beckomberga, situé dans la banlieue de Stockholm, volontairement hors de la cité. C’était le plus grand hôpital psychiatrique d’Europe, il a été fermé en 1995. La devise de l’établissement était : « Vous qui entrez, abandonnez ici toute espérance. »…. J’ai aussi découvert un territoire la Transnistrie, bout de territoire entre la Moldavie et la Bulgarie. » Par ANNIE L.

A voir :  L’exposition « Le Chat déambule » sur les Champs Elysées de Philippe Geluck, qui exposent 20 sculptures du Chat du 26 mars au 06 juin 2021 pour « apporter au public de la joie, du rire et une certaine poésie surréaliste que nous affectionnons en Belgique » confie l’artiste belge ». « Une balade très sympathique à faire, si ce n’est déjà fait ! Philippe Geluck (Belge) :  édition : 23 albums du Chat et aussi albums « Le Docteur G. » et des livres de textes humoristiques (Casterman).  Bientôt 45 ans de carrière : peintre et sculpteur/ théâtre, radio, télévision, presse ». Par ANNIE L.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s