Collections/Fonds patrimonial Heure Joyeuse

1891-2021 : Vladimir Lebedev, artiste soviétique au service du livre pour enfants, épisode 3

Focus sur l’album Bagages en 1926, avant l’avènement du réalisme socialiste

Riche de la maîtrise de techniques picturales autant abstraites que figuratives, Vladimir Lebedev n’a eu de cesse de modifier le style de ses illustrations dans les livres pour enfants les plus célèbres, qui bénéficient de nombreuses rééditions des années durant, et ceci afin de les adapter au goût du jour et surtout à la demande du régime soviétique. Les livres de cette époque sont éminemment politiques et véhiculent une certaine propagande au service du pouvoir. Il s’agit d’inculquer aux enfants, pivots de la révolution, les mœurs du parfait citoyen soviétique.

Le 1er mars 1936, Vladimir Lebedev, et en filigrane, les illustrateurs de la même école, est réduit au statut de « barbouilleur » dans un article paru dans la Pravda. Un collectif d’auteurs démonte violemment l’intérêt et la justesse de son travail pour les enfants, assenant que ses personnages sont effrayants et monstrueux, incompréhensibles pour des enfants car sans contours nets, et que ses « gribouillis » ne méritent pas de figurer face aux textes pleins de vie et de joie de Samuel Marchak. Deux ans plus tôt, en 1934, le réalisme socialiste est devenu le seul courant artistique légitime et officiel en URSS. Les œuvres d’art doivent désormais représenter uniquement de manière réaliste et figurative des scènes de la vie réelle idéalisée avec des personnages issus du prolétariat, des sportifs, des militants, aux postures héroïques et positives.

Le temps des expérimentations artistiques est alors terminé pour de nombreux artistes. Vladimir Lebedev, qui a cessé sa collaboration de directeur artistique aux éditions d’État depuis 1933, doit aller vers un style conventionnel s’il veut continuer à publier et survivre dans ce contexte. Contrairement à d’autres artistes qui font le choix de migrer vers l’Europe et notamment la France à cette période, Vladimir Lebedev préfère en effet tirer un trait sur son art plutôt que de quitter la Russie.

Plusieurs de ses albums, comme Moustachu tigré, ont subi des modifications au cours des rééditions, mais nous nous attacherons au titre emblématique Bagages. Cet album raconte le voyage en train d’une bourgeoise emportant avec elle une multitude de coffres et de paquets, démesure que l’on peut voir comme une critique sous-jacente du matérialisme capitaliste, mais surtout son petit chien qu’elle croit perdu et qui provoque scandale sur scandale à chaque gare. À la fin de l’histoire, les porteurs de la dame lui amènent un autre chien, trois fois plus gros que le sien ! L’album soviétique original connaît six rééditions de 1926 à 1955, dont quatre différentes, où le texte de Samuel Marchak reste inchangé, mais où Vladimir Lebedev retouche ses images dans quatre styles très différents.

L’édition originale de 1926 est très influencée par le constructivisme et l’expérience de Vladimir Lebedev avec les affiches satiriques, les « fenêtres ROSTA ». La femme bourgeoise est toute en rondeurs, et son visage n’est pas détaillé, pas plus que ceux des autres personnages humains. Le plus frappant est la géométrisation de la voiture en page de couverture, des bagages et des wagons de train : ce sont des éléments géométriques simples imbriqués, superposés, d’une grande simplicité. Les dessins sont sans contours, tout fonctionne par aplats de couleurs, parmi lesquelles le rouge, le vert clair et le noir dominent. Ce document est numérisé, vous pouvez donc le consulter en ligne. Une dédicace datant de 1928 de l’auteur, Samuel Marchak, figure au dos de la première page de couverture : « Faites attention à vos bagages, Vengrov ! ».

Couverture de l’album Bagages
Samuel MARCHAK (texte), Vladimir LEBEDEV (illustration). Багаж (= Bagages). Moscou, Leningrad, Raduga, 1926 (EST in8 40)
Illustration de l’album Bagages
Samuel MARCHAK (texte), Vladimir LEBEDEV (illustration). Багаж (= Bagages). Moscou, Leningrad, Raduga, 1926 (EST in8 40)

Pauline Bourrilly

Prochain et dernier épisode de cette série : Les versions de Bagages, après 1926

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s