Fonds patrimonial Heure Joyeuse

400 ans de Jean de La Fontaine : Fables d’ici et d’ailleurs

Jean de LA FONTAINE (texte), M. B. DE MONVEL (illustration). Fables choisies pour les enfants. Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, imprimeurs-éditeurs, (1888 ?), 48 p., 24 x 28 cm. Numérisé sur gallica.bnf.fr

Les célèbres Fables de Jean de La Fontaine, publiées pour la première fois en 1668, sont l’œuvre de la littérature française la plus illustrée. De nombreux artistes se sont prêtés au jeu, depuis le premier d’entre eux, François Chauveau, dès la première publication en 1668. Le fonds patrimonial Heure joyeuse vous invite à célébrer les 400 ans de la naissance du fabuliste en ce mois de juillet : les livres présentés dans cet article sont exposés dans notre salle de référence, parmi d’autres ouvrages à découvrir sur place tout l’été.

C’est au XIXe siècle que l’illustration des Fables prend son essor. La représentation des personnages et des décors se diversifie, et des graveurs comme Grandville (1838) s’approprient l’univers du fabuliste. Ses animaux sont habillés à la mode bourgeoise, anthropomorphisés, et chaque image concentre l’essence de la fable qu’il illustre, son point culminant. En 1888, Boutet de Monvel transforme l’espace de la page et propose une lecture des Fables à l’avant-garde de la bande dessinée. Léopold Chauveau fut quant à lui fasciné par la lecture des Fables lorsqu’il était enfant, et par la découverte d’un univers où les animaux sont dotés de parole. Il en conçoit des illustrations dans les années 1920, qui n’ont été publiées qu’en 1992 par Circonflexe.

Jean de LA FONTAINE (texte), J. J. GRANDVILLE (illustration). Fables. Paris, H. Fournier Ainé, éditeur, 1838, 292 p., 23 cm.
Jean de LA FONTAINE (texte), M. B. DE MONVEL (illustration). Fables choisies pour les enfants. Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, imprimeurs-éditeurs, (1888 ?), 48 p., 24 x 28 cm. Numérisé sur gallica.bnf.fr
Jean de LA FONTAINE (texte), Léopold CHAUVEAU (illustration), Pierre CHAUVEAU (préface). Fables de La Fontaine. Paris, Circonflexe, 1992, 56 p., 19 x 27 cm.

Les Fables de La Fontaine sont encore de nos jours un terrain d’expérimentations artistique et graphique des plus riches. Elles sont déclinées en livres de coloriage ou en livres d’activités comme en proposait Pierre Belvès dans la collection « les Albums du Père Castor » dans les années 1950 avec les Fables de La Fontaine : en images lumineuses. Les illustrations en formes géométriques de Jean Ache dans Des carrés et des ronds (1974) sont assurément expérimentales. Citons également le peintre autodidacte Willy Aractingi, qui a transposé 240 des Fables de La Fontaine en huiles sur toile dans les années 1990. Ses œuvres sont présentées dans un ouvrage paru chez Z’Éditions en 1994 à Nice. Plus  proche de nous, Thierry Dedieu (2009) a choisi la technique en profondeur du diorama pour illustrer avec délicatesse les Fables.

Jean de LA FONTAINE (texte). Fables de La Fontaine. N°3 : traductions en prose avec illustrations à colorier. Paris, Éditions Paul Duval – Elbeuf, vers 1930, 22 p., 24 x 32 cm.
Pierre BELVÈS (illustration). Fables de La Fontaine : en images lumineuses. Paris, Flammarion (Les Albums du Père Castor), 1952, 20 p., 20 cm.
Jean de LA FONTAINE, Charles PERRAULT (texte), Jean ACHE (illustration), Françoise XENAKIS (préface). Des carrés et des ronds : fables et contes. Paris, André Balland, 1974,119 p., 21 cm.
Jean de LA FONTAINE (texte), Willy ARACTINGI (illustration), Tahar BEN JELLOUN et Jean-Noël PANCRAZI (préfaces). Fables. Nice, Z’éditions, 1997, 123 p., 21 x 24 cm.
Jean de LA FONTAINE (texte), DEDIEU (illustration). Les fables de La Fontaine : Le Lièvre et la Tortue et autres fables. Paris, Seuil, 2009, 12 p., 25 cm.

Les Fables de La Fontaine puisent leur source dans une tradition antique et ancestrale, si bien que l’écriture des fables est un grand processus de réécriture permanent. Si Jean de La Fontaine s’est inspiré des fables du Grec Ésope  (VIe siècle avant J.-C .), et du Latin Phèdre, les fables de Bidpaï en sont la version indienne. Traduites en arabe par Abdallah Ibn al-Muqaffa’ vers 750, les fables de Bidpaï prennent alors le titre de Kalila et Dimna, du nom de deux chacals qui sont les narrateurs. Les adaptations créoles des textes des Fables, datant du milieu du XIXe siècle, deux ans avant l’abolition de l’esclavage en 1848, nous transportent dans les Antilles. Fruit d’un auteur anonyme, elles conservent le thème du texte d’origine mais s’affranchissent des contraintes classiques pour se créoliser. Cap ensuite sur la Russie avec le fabuliste national Ivan Krylov (1769-1844). Inspiré par les Fables d’Ésope et de La Fontaine, il publie son premier recueil de fables en 1809. La soupe de poisson de Dem’ân a été éditée en 1931 et est l’une des 6 fables de Krylov illustrées par l’artiste Vera Ermolaeva et conservées dans notre fonds de livres soviétiques.

Abdallah IBN AL MUQAFFA (texte), André MIQUEL (traduction de l’arabe); Ghani ALANI (calligraphie), Leïla BENOUNICHE (préface). Kalila et Dimna : fables choisies. Paris, Ipomée-Albin Michel, Institut du monde arabe, 1997, 54 p., 29 cm.
Jean de LA FONTAINE (texte), Suzanne DRACIUS (préface), CHOKO (illustration). Fables de La Fontaine avec adaptations créoles d’hier et d’aujourd’hui & sources antiques. Fort-de-France, Desnel, 2006, 76 p., 21 x 27 cm.
Ivan Andreevič KRYLOV (texte), V. ERMOLAEVA  (illustration). Демьянова уха : басня Крылова (= La soupe de poissons de Dem’ân : une fable de Krylov). Leningrad, Ogiz, Molodaâ gvardiâ, 1931, 12 p., 17 cm.

La fable est un exercice de style, qui concerne aussi bien l’illustration, que l’écriture. Des auteurs contemporains pour la jeunesse s’y sont essayés. Les fables d’Arnold Lobel sont teintées d’humour, parfois absurde, et ne se veulent pas moralisatrices ; le divertissement, la douceur et le plaisir sont de mise. Leo Lionni offre une réponse à La Cigale et la Fourmi de La Fontaine, à travers sa fable intitulée Frédéric dans son recueil Trésor de Fables : point d’éloge du travail acharné, il glorifie au contraire la capacité de tout un chacun à s’extraire des ennuis par le rêve, l’imagination, la poésie. Chez Yvan Pommaux, les thèmes abordés et les moralités sont éminemment actuels, comme le sort et l’accueil réservés aux migrants.

Arnold LOBEL (texte, illustration), Catherine CHAINE (traduction). Fables. Paris, l’école des loisirs, 2003, 40 p., 30 cm.
Jean de LA FONTAINE (texte), Leo LIONNI (texte, illustration), Bruno BETTELHEIM (préface), Adolphe CHAGOT, Catherine CHAINE et Isabelle REINHAREZ (traduction). Trésor de fables : Les plus belles histoires. Paris, l’école des loisirs, 1986, 145 p., 29 cm.
Yvan POMMAUX (texte, illustration), Nicole POMMAUX (illustration). Fables d’aujourd’hui. Paris, l’école des loisirs, 2019, 45 p., 23 cm.

Pauline Bourrilly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s